IMG_9387

Le poisson cru à la tahitienne est un classique parmi les classiques dans le monde des poissons crus et chacun a sa propre façon de le préparer. Outre le citron qui va se charger de cuire le poisson, le lait de coco est l'ingrédient central de cette recette.

Le poisson cru à la tahitienne, chez moi, il est associé à un souvenir d'enfance sur ma Grande Ile malgache. J'avais 10 ans, c'était les vacances scolaires et nous étions partis camper sur une île déserte qui s'appelle Nosy Hara. Imaginez, une bande de gamins plein de vie et avec l'impression de jouer les Robinson, ayant pour terrain de jeux, une île avec juste nous (et les parents aussi, hein!), des rochers, du sable blanc, une forêt de tamarins, une eau transparente avec plein de poissons, des tortues de mer. On allait cueillir des tamarins verts qu'on mettait à griller dans le feu (nos chamallows à nous, qui pour nous valaient mille fois les originaux!!!), on faisait des concours en sautant dans l'eau depuis les rochers, on se faisait des petites guéguerres comme seuls les enfants savent les faire, qu'on terminait avec des signaux indiens hyper complexes. Et le soir, on chantait des chansons avec les parents, autour du feu. Une nuit, on a même dû déplacer nos tentes parce que la rivière à sec avait soudainement décidé de se réveiller. Ajourd'hui, Nosy Hara est toujours une île déserte ancrée dans le Canal de Mozambique, mais développement du tourisme oblige (écolo, heureusement!), elle est désormais connue par un peu plus de monde et est devenue entre autres un spot d'escalade assez prisé. A l'époque, c'était toute une expédition pour y aller: la voiture depuis la ville où on habitait, et traversée en zodiac jusqu'à l'île, avec les glacières remplies d'eau, de quoi manger, les tentes....Je me souviens des Bolino qu'on mangeait le soir (vous connaissez les Bolino?) et puis surtout du poisson que les parents pêchaient et avec lesquels j'ai mangé mon tout premier poisson cru à la tahitienne. Les années ont passé et je n'ai plus 10 ans, mais le souvenir de ce poisson cru me ramènera toujours à ces vacances sous le signe de l'insouciance, avec ma bande de potes de l'époque.

Depuis, le poisson cru à la tahitienne est souvent présent à ma table. J'essaie de varier les poissons quand j'en fais, chacun apportant sa saveur spécifique et ajoutant une note supplémentaire à ce plat. Thon, dorade coryphène, espadon, capitaine, légine, j'ai multiplié les versions et suis à chaque fois tombée encore plus amoureuse du poisson cru à la tahitienne.

Pour cette recette, j'ai utilisé du saumon....le lait de coco et le saumon...comment vous dire, c'est juste parfait!

La recette est simplissime:

 

IMG_9366

Il suffit de faire mariner le saumon préalablement coupé en dés dans du lait de coco. Je le laisse mariner 3h. Ensuite, égouttez le saumon et mélangez-le dans un saladier avec des concombres, des tomates, des carottes, un oignon. Arrosez de jus de citron, salez et poivrez, saupoudrez de rondelles d'oignons verts et c'est prêt!!! Et que c'est délicieux!!!

 

IMG_9375

IMG_9388

 

 

 

IMG_9556

Ma jolie râpe, ramenée de Mada. Elle est classe, non?

Je prendrai le temps la prochaine fois de faire un vrai lait de coco maison avec ma râpe coco malgache et une coco fraîche. Là, j'ai utilisé du lait de coco en boîte pour cause de flemmingite aigüe et de Petit Soleil débordant d'énergie et qui court partout dans la cuisine(comment il fait pour péter la forme en se réveillant à 5h30 du matin, je ne veux même pas le savoir!).

 

Si vous voulez voir à quoi ressemblent Nosy Hara et la région de Madagascar où j'ai grandi, allez lire le récit des folles aventures de la famille Gigi's à Madagascar part 2 et part 3

Ou encore, allez faire un tour ici, ici ou

Bon voyage!